En ouverture de Cannes

Publié le par jujulcactus

C'est un dispositif qui se fait de plus en plus, et que j'encourage, des films diffusés en compétition à Cannes paraissent sur les écrans français dans la foulée de leur projection officielle. Deux films qui ont ouvert le festival de la plus belle des manières. Mon premier est un mélodrame français assez noir, mon second un conte décalé sur l'adolescence.  

rouilleos
Lorsque Audiard signe un nouveau film c'est toujours un rendez vous de critiques dithyrambiques, pourtant jamais je ne me suis vraiment laissé tenter par l'invitation. Mais cette fois oui, le synopsis était séduisant, la bande annonce aussi. Et il faut avouer que le réalisateur français fait preuve d'une maîtrise incroyable, sa mise en scène est précise, calibrée, certaines scènes comme l'accident ou la danse sur le balcon, toutes deux sur fond de Katy Perry, font leur effet.. Il retranscrit les ambiances d'une manière remarquable, l'histoire est belle, brute, et assez riche. Même si toutes les sous intrigues ne sont pas aussi passionnantes, force est d'avouer qu'il y a un grand talent dans la construction du récit, presque trop. A tel point qu'il en devient mécanique, n'arrivant pas à toucher réellement, le sentier semble trop balisé, l'ensemble déjà un peu lourd... Le dernier acte, inutile et presque ridicule, fait tomber le film dans tout ce qu'il avait admirablement évité jusqu'à présent, s'éloignant de son réalisme appuyé pour un mélodrame tire-larmes. Dommage au vu de la qualité des ¾ du film, menés par un casting impeccable, une superbe Marion Cotillard et un Matthias Schoenaerts qui confirme (même s'il n'a pas la force de son rôle mémorable dans « Bullhead »). « De rouille est d'os » aurait pu être un grand film s'il n'y avait pas cette fausse note finale, regrettable. 3cactus

 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

           

Univers surréaliste aux couleurs et aux décors singuliers, « Moonrise Kingdom » est un bijou de mise en scène, un film d'animation qui n'en est pas un où l'on a parfois l'impression de voir un réalisateur s'amuser avec ses figurines dans une maison de poupées. Le film a un charme fou, un ton décalé toujours empreint d'une certaine poésie. Les plans sont des tableaux dans lesquels évoluent des personnages farfelus dont ces deux jeunes amoureux que tout semble opposer, un scout kaki binoclard et une jeune fille rebelle. Tous les acteurs s'en donnent à coeur joie, Wes Anderson cultive son charme, le charme de ses petits détails qui font de lui un grand. Jamais très loin de son « Fantastic Mr fox », l'épopée en est ici encore plus fabuleuse. D'un bout à l'autre il garde sa ligne de conduite, on aurait peut être aimé parfois qu'il en dévie un peu, au détour de certaines superbes scènes comme celle sur la plage, où il fait naître par l'insouciance de ses personnages de grandes choses. Surréaliste, impressionniste, Wes Anderson n'est pas qu'un simple cinéaste c'est un artiste qui nous délivre ici sans doute sa plus belle toile. Coup de coeur.4cactus

  moonrisekingdom1.jpg

Commenter cet article

Wilyrah 23/07/2012 13:41

De rouille et d'os : en effet, faute note finale ennuyeuse. La goutte de trop.
http://www.lebleudumiroir.fr/?p=2629

Moonrise Kingdom : la petite pépite de ce printemps 2012.
http://www.lebleudumiroir.fr/?p=2644