La piel que habito

Publié le par jujulcactus

la-pielquehabito1.jpg

 

   Difficile de critiquer un film comme «La piel que habito» tant il est préférable d'en savoir le moins possible avant d'aller le voir. Si le nouveau né de Pedro Almodovar m'a globalement séduit, je reste assez mitigé sur le traitement de son intrigue (très) invraisemblable. En fait assez schématique, le film se découpe pour moi en trois parties (une de présentation, une d'explications et une de dénouement), mais malheureusement l'une d'entre elle ne tient pas la route. L'entrée en matière est pourtant prometteuse tant elle est déroutante et froide, le réalisateur nous laisse peu de clefs et cultive un mystère passionnant. Nous menant sur des pistes incertaines, il choisit à un moment donné de mettre ses personnages en dormance pour passer aux explications.. Aïe : le faux pas... Voulant à tout prix tout expliquer, Pedro Almodovar se montre trop démonstratif et surtout maladroit, en multipliant les flash-back. Heureusement il retombe sur ses pattes, son twist n'est pas final et il en fait justement un point fort, et ouvre un dernier chapitre assez dérangeant. Singulier, ce thriller à la sauce espagnole possède une ambiance toute particulière en grande partie grâce à sa mise en scène soignée et à son casting qui tente constamment de nous déconcerter. En fait c'est un peu comme si Almodovar nous avait concocter un puzzle, il excelle à nous présenter les pièces en vrac, on est intrigué, ensuite il nous explique lourdement comment il l'assemble, on commence à décrocher, mais une fois terminé, il nous montre tout satisfait son travail, et c'est du bon travail !

    3cactus

Commenter cet article