Laurence Anyways

Publié le par jujulcactus

laurenceanyways

 

  Après trois films, je n'ai toujours pas tranché sur le cas Xavier Dolan. Ses films me font toujours le même effet, tour à tour agacé et fasciné, je tangue... Avec « Laurence Anyways » il a pourtant la maline idée de ne pas multiplier les casquettes, première fois qu'il n'est pas au casting (même s'il ne peut s'empêcher de faire une apparition). Œuvre moins personnelle que les précédentes, construite comme un ouvrage conséquent contant la vie d'un homme qui devient femme, sur près de dix ans. Il n'abandonne pour autant pas son style, le poussant même encore plus loin, multipliant les ralentis, les couleurs criardes, les tapisseries vintages, les références littéraires… Une mise en scène tape à l’œil et maniérée, couplée à une bande originale omniprésente, pour un rendu plus clipesque que jamais… Si ses effets et artifices fonctionnent parfois (la scène du bal sur « Fade to Grey » est magique), il me manque aussi par moment de l'authenticité et de la simplicité. Difficile avec autant de vernis de faire émerger une quelconque émotion. Pourtant grâce à un casting fabuleux, certains passages se détachent, un coup de téléphone, un pétage de plomb dans un restaurant... On regrettera peut être la prestation, assez bonne malgré tout, de Melvin Poupaud, un peu mangé par un casting féminin phénoménal. Sa compagne du film, Suzanne Clément, livre une performance remarquable, Nathalie Baye et Monia Chokri (LA révélation des « amours imaginaires ») sont tout aussi impeccables. S'il arrive par moments à suspendre le temps, ce qui fait que les 2h40 du film glissent sans heurts, il floute encore un peu plus la frontière entre ce qui relève de l'audace et de la prétention. Il y a pourtant quelque chose de grand dans son dernier film, quelque chose de différent, mais c'est parce qu'il louche peut être encore trop sur sa plastique que son beau sujet semble un peu survolé...

3cactus

Commenter cet article

dasola 22/08/2012 16:16

Bonjour, j'ai préféré la forme au fond mais pas été convaincue plus que cela. C'est le premier film de X. Dolan que je voyais. Je l'ai trouvé surtout long par rapport à ce qu'il raconte. En
revanche, Suzanne Clément crève l'écran. Bonne après-midi.

ASBAF 29/07/2012 13:10

C'est justement pour ça qu'on aime Dolan : parce que pour une fois, la forme l'emporte sur le fond. Nan ?

jujulcactus 31/07/2012 16:04



Quand c'est au service de son histoire oui, la séquence du bal (masqué?) est sublime sur "fade to grey" et montre bien que l'héroïne sort de sa détresse, passe à autre chose, c'est hyper beau...
Mais parfois sa stylisation ne sert à rien et j'avoue que ça m'agace un peu, parce que ça devient un peu artificiel, la chute des vêtements dans le ciel, les ralentis .. Après ce n'est que mon
avis, et il est incontestable que Dolan fait du cinéma, et ça c'est déjà bien :)



Wilyrah 29/07/2012 12:06

Il y a quelque chose de fort dans cette oeuvre malgré ses longueurs et ses excès ;)

jujulcactus 31/07/2012 15:57



Oui par moments, je suis d'accord, mais dans d'autres la stylisation est inutile et excessive... Pour moi...