Michael

Publié le par jujulcactus

michael01.jpg

 

     Présenté en compétition officielle à Cannes cette année, «Michael» a été assez discret malgré son sujet brûlant : la pédophilie. Michael est un homme de 35 ans, employé de bureau sans histoire, qui séquestre dans son sous-sol un enfant de 10 ans, Wolfgang. En prenant soin de dépeindre le triste quotidien du ravisseur, Markus Schleinzer, qui signe là son premier film, fait de son monstre un homme comme tout le monde ou presque... Par petite touche comme cette saisissante séquence au karting ou de la fête au bureau, on découvre un homme qui sorti de son schéma de vie rodé, est complètement perdu. Les choix du réalisateur sont étonnants et inédits, on ne prend jamais le point de vue de l'enfant ou de l'homme, mais on est posé là avec une caméra fixe comme voyeurs d'une relation ambiguë. Parfois copains, parfois parents, parfois amants, la complexité du lien qui unit les deux personnages est réelle, mais le refus de donner de la psychologie au récit ou aux personnages perturbe. La mise en scène statique, les dialogues assez rares et l'absence de musique donnent au film un rythme très particulier et pas franchement agréable... Cette distance que le réalisateur met entre lui et son récit dérange, il coupe court à la moindre émotion, la moindre empathie, la moindre colère... C'est louable mais c'est aussi particulièrement frustrant. Michael Fuith dans le rôle du pédophile est assez impressionnant et met mal à l'aise tant on ne sait quoi penser de lui. Il est à l'image du film, étrange, radical et très difficile à cerner. J'aurai pensé que le sujet me dérangerait mais c'est finalement plus son traitement froid et clinique où la séquestration semble être une tâche ménagère à valeur ajoutée qui m'a troublé. La désinvolture du générique de fin semble mal venue mais constitue peut être une clef de cette fin ouverte. Au final, difficile de dire si «Michael» est un film réussi ou pas, tant les partis pris de son auteur, sur le fond comme dans la forme, sortent des sentiers battus. Déroutant et marquant.

 3cactus

Commenter cet article

ffred 15/11/2011 14:11


oui et la scène du couteau qui est terrible...


ffred 14/11/2011 18:10


Oui en effet on est à peu près d'accord ! On ne sait quoi vraiment en penser mais le film marque, j'y pense encore...alors que j'ai déjà complètement oublié Contagion !


jujulcactus 15/11/2011 12:23



Moi aussi de nombreuses scènes sont restées dans ma tête, et particulièrement celle du karting...